Solitude et détresse entre les murs de la haine et de l’effroi
Cette came isole l’air vicié sous les masques
Semblants de discours de maîtres à des esclaves
Que les alcools amers, les vapeurs, les fumées sans feu
Penchent sur des métaux liquides

Disparaître et paraître
Paître dans un champ de cailloux et de gravats
Des pavés, des bouteilles
Vides

La femme dénoue, tresse, tisse
Ce pire qui l’inspire
Les fils, le père
Attendre et se rendre misandre

Rires creux venus des entrailles de la Terre
Perte et tracas
Perte, perte
Et perte

Catégories : Non classé